“JACQUES DUVALL, le contrebandier de la chanson” (livre)

Pour discuter de tout et de rien, devant un verre, jusqu'a tard le soir ...

“JACQUES DUVALL, le contrebandier de la chanson” (livre)

Messagede GUIBERT FRANCOIS le Mer 19 Mar 2014 13:16

Livre “JACQUES DUVALL, le contrebandier de la chanson”


Par Jean-Éric Perrin, Jean-William Thoury, Pierre Mikaïloff,

Jean-Emmanuel Deluxe, Gilles Verlant, Bester Langs, FG, etc.


À paraître début mai 2014 aux Éditions du Caïd.


http://editionsducaid.com/

http://www.facebook.com/leseditionsducaid


Image
Site 2017 sur MARIE FRANCE : http://lachanteusemariefrance.fr.gd/

Site 2017 sur HEARTBREAK HOTEL + THE HELLBOYS + NIKOLA ACIN : http://heartbreakhotelthehellboysnikolaacin.fr.gd/
Avatar de l’utilisateur
GUIBERT FRANCOIS
 
Inscription: Ven 11 Oct 2002 13:00

Re: “JACQUES DUVALL, le contrebandier de la chanson” (livre)

Messagede GUIBERT FRANCOIS le Mar 29 Avr 2014 21:11

Image


Nouvelle page spéciale

« Compte rendu du concert “The Tangible Effect Of Love”

de BENJAMIN SCHOOS & LES LOVED DRONES

le 28 mars 2014 à LA MAROQUINERIE (Paris) »

sur ce lien :

http://lachanteusemariefrance.fr.gd/BEN ... ndu-.-.htm


Image
Image
Image
Image
Image
Image


•••••••••••••••••••••••


Image
Image
Image
Image


BENJAMIN SCHOOS & LES LOVED DRONES
Concert “THE TANGIBLE EFFECT OF LOVE”

Vendredi 28 mars 2014 à la Maroquinerie (Paris) :


Dix mois après l’historique concert spécial “39° de fièvre” aux côtés de Marie France (1), les Loved Drones — alias Les Fantômes, ex-Phantom — reviennent sur scène à Paris.

Parole de Freaksville DingoFan addict : “The Tangible Effect Of Love” (2012) des Loved Drones est l’opus le plus étrange et bizarre de Freaksville. Musicalement, il est très difficile d’accès. C’est sans aucun doute le CD le plus invendable (à un large public) de cet hyper créatif label belge.

Il s’agit d’instrumentaux psychédéliques, planants et cosmiques, avec toutefois l’esprit allumé freaksvillien. Benjamin Schoos et, en invités, Emmanuelle Parrenin (“Cosmic Memories”, où elle joue aussi de la harpe) ainsi qu’un certain Rockhausen y posent des voix de-ci de-là.

D’une certaine façon, “The Tangible Effect…” est l’antithèse de la pétaradante et dynamique “Femme plastique” (2010) du même groupe. L’unique chanson de ce précédent album se rapprochant de “The Tangible…” est “Erotoman”. Ce titre préfigure l’ambiance expérimentale de musiques de films oniriques et vaporeux, distillée au long des huit plages de “The Tangible…”.

Ce 28 mars, Benjamin Schoos et son équipe présentent pour la première fois à Paris en live ce disque conceptuel. Il s’agit d’une première partie dans le cadre d’une soirée organisée par le magazine papier et le site “Gonzaï”, en prélude à Turzi et The Telescopes. Aussi, les Belges azimutés ne jouent que trente-cinq minutes. Soit cinq morceaux, de 20h20 à 20h55.

Benjamin Schoos, Jampur Fraize, Marc Wathieu (guitares), Pascal “Scalp” Schyns (basse), Chris Cerri (orgue) et Jérôme Danthinne (batterie) démarrent le set par “The Hindenburg Omen”. Et là, ouf de soulagement : les Freaksville Men n’ont pas viré hippies babacools. Ils jouent ce titre dans une version beaucoup plus rageuse et intense que celle du disque. Avec les guitares nettement plus en avant. Celles-ci, sur le CD, sont mixées (hormis le son cristallin d’une six-cordes à la fin de la chanson) sensiblement en arrière-plan, au profit des Fender Rhodes et claviers.

« Merci !, dit Benjamin. Nous sommes les Loved Drones, de Belgique. La prochaine s’intitule “Red City”. C’est un hommage à “Madchester” (Manchester). »

“Red City” suivi de “Romantic Giallo” : ces morceaux dégagent eux aussi sur scène un son beaucoup plus rock, compact, efficace, nerveux. Les guitares prédominent. Elles sont l’élément majeur de ces interprétations live.

Chris Cerri, au clavier, y ajoutent les éléments sonores intersidéraux. Cela donne une sorte de spectre-magma carré rock’n’roll, hypnotique et hyper énergique. Ça n’a rien à voir avec une atmosphère rebutante de progressive music mollassonne et horripilante (2).

L’ambiance se fait plus calme et ralentie avec “Psychotic Educational Sex TV”, un space funk soul track. Le tempo, medium, est langoureux. Benjamin passe sa voix au vocoder. Sur la version studio, on y entend de la flûte traversière (jouée par Jean-François Hustin) mais heureusement pas en concert. Ce titre est dans la même veine que la chanson “Elle ou moi” (sur l’album “Kiss” de Marie France & Les Fantômes, 2012).

La chanson “Cosmic Memories”, agrémentée sa phrase gimmick « Souvenirs métaphysiques de notre existence cosmique », est agréable. C’est une sorte de bande son pour la rêverie et l’onirisme. Mais le meilleur moment de cette composition reste le final de sa relecture scénique : pendant trois ou quatre minutes, des guitares hargneuses, mordantes, carrées, et une rythmique appuyée.

“The Tangible Effect Of Love” en live : ou quand nos héros belges de Freaksville s’aventurent sur les terres du Cosmic Space Rock. Avec un max’ de patate, à bloc, et plein de sons de guitares.

François Guibert
(19 avril 2014)

(1) : le samedi 18 mai 2013 au Réservoir (Paris).

(2) : car oui, le style musical qui donne des envies d’énervement, qui procure malgré soi des sentiments de haine, de stress et des ondes négatives, ce n’est pas par exemple le punk mais le rock (et la pop) progressif. Un calvaire sonore. Une atrocité découverte et subie en live sous le nom de Joy As A Toy, le 11 février 2011 à L’International (Paris).

Les breaks étaient incessants. Les musiciens se regardaient et s’écoutaient jouer entre eux. Aucun plaisir à écouter leur musique prétentieuse, sans queue ni tête. Un traumatisme interminable, qui a duré cinquante exténuantes minutes. 



De façon incongrue et hors sujet, cet affreux groupe belge de progressive pop, Joy As A Toy, ouvrait ce soir-là pour Miam Monster Miam & les Loved Drones. Ces derniers ont ensuite présenté un set rock’n’roll puissant et éclatant avec les chansons de leur album “Femme plastique”. Aucun lien artistique du tout entre les deux formations.


Image
Image
Site 2017 sur MARIE FRANCE : http://lachanteusemariefrance.fr.gd/

Site 2017 sur HEARTBREAK HOTEL + THE HELLBOYS + NIKOLA ACIN : http://heartbreakhotelthehellboysnikolaacin.fr.gd/
Avatar de l’utilisateur
GUIBERT FRANCOIS
 
Inscription: Ven 11 Oct 2002 13:00

Re: “JACQUES DUVALL, le contrebandier de la chanson” (livre)

Messagede GUIBERT FRANCOIS le Jeu 08 Mai 2014 17:11

Image
Image


Nouvelle page spéciale

« Chronique détaillée du livre

“JACQUES DUVALL, LE CONTREBANDIER DE LA CHANSON”

(Éditions du Caïd, 2014) »


sur ce lien à copier-coller :
http://lachanteusemariefrance.fr.gd/-g- ... vre-.-.htm


Image


Ci-dessus :
Jacques Duvall et Marie France.


Par Jay Alanski (Bruxelles, 2002)


Image



Commandez ce livre sur Jacques Duvall

sur le site des Editions du Caïd :


http://www.editionsducaid.com/fr/nouveautes.html


Image
Image
Image


« Jacques Duvall's Book in my hands! So excited! »

Benjamin Schoos
(6 mai 2014)


Image


••••••••••••••••••••••••••••••••••••••


Image
Image
Image
Image


Livre “Jacques Duvall, le contrebandier de la chanson”


(Éditions du Caïd)

Ce livre est une bombe culturelle, littéraire et rock’n’roll. Dedans, il y a absolument tout concernant Jacques Duvall, l’homme, le parolier et le chanteur. Il ne manque rien : son parcours, ses artistes interprètes fétiches (Marie France, Lio, Alain Chamfort, entre autres), ses disques, ses marottes et obsessions depuis six décennies (dans la musique, le cinéma, la vie). Les multiples facettes de ce génial auteur-chanteur expert en désespoir sont passées au crible, et de manière enthousiasmante à lire.

Ce bouquin a vu le jour grâce à l’envie et l’énergie de l’équipe belge Freaksville Record. Il a été mis en route en juin 2013 (date à laquelle les premiers articles ont commencé à être rédigés) et imprimé en avril 2014. Pascal Schyns, bassiste de Marie France & Les Fantômes et des Loved Drones, qui dirige les Éditions du Caïd, a réalisé l’intégralité de la maquette.

La mise en page est sobre, claire, nette, simple. Hormis les chapos (présentations des articles) dotés d’un fond jaune flashy et de quelques visuels couleurs, le noir & blanc prédomine. Tout est au service des textes et des photos.

Les photos, justement. Toutes inédites, elles proviennent de la collection personnelle de Jacques, de Michel Clair, Jeep Novak, ainsi que d’autres personnes (Pascal Winkel, Michel Moers, Stéphanie Battiston…). Ou bien elles ont été prises par Pascal Schyns période Freaksville 2006/2013. Certaines sont issues de séances pour des pochettes de disques des années 1980 (45 tours “Je te hais”, album “Comme la romaine”, etc.). Mais celles publiées ici sont justement des prises “alternatives”.

Chaque article est d’une haute teneur rédactionnelle, toujours doté d’un point de vue argumenté, d’une vision personnelle. Tous les intervenants savent de quoi ils parlent et maîtrisent totalement leur sujet. Ils en parlent de manière compréhensible par toute personne qui se procurera le livre. Tous sont là pour servir et traiter au mieux, décortiquer de façon précise, exemples à l’appui, l’infinie thématique duvallesque.

Ainsi, Jean-Éric Perrin relate la création et l’enregistrement de “Pop Model” (1986). Il décrit le formidable contenu artistique de cet album majeur et à succès de Lio.

Dans le même état d’esprit, Thomas E. Florin retrace la genèse et l’enregistrement de “Hantises”, disque fondateur de 2006, point de départ de la connexion avec Freaksville. Michel Heynen, lui, se penche sur l’opus “Le cow-boy et la callgirl”.

Quand deux paroliers francophones majeurs se rencontrent : Jean-William Thoury converse avec Jacques à propos de ses premiers émois musicaux, ses interprètes, Serge Gainsbourg, l’écriture en français et en anglais, ou encore Elvis Presley.

Jean-Emmanuel Deluxe revient sur l’époque underground The Beautiful Losers de Jay Alanski. Il s’entretient également avec Jacques au sujet de Lio 1977/1983 et des “Lunettes noires” de Helena (LNA) Noguerra.

Olivier Monssens retrace les années Telex. Gilles Verlant explique, à travers deux articles, pourquoi Duvall est un « génie » (absolument, ce mot est écrit noir sur blanc par Verlant).

Avec une plume élégante et plutôt littéraire, Michel Heynen (article “Tous les chagrins mènent à Rome”) évoque les ambiances italiennes du 33 tours “Comme la romaine”.

Extraits de paroles à l’appui, Frédéric Pourbaix et Philippe Schoonbrood livrent chacun, dans deux articles différents (1), leur propre interprétation de la façon d’écrire de Duvall. Pourbaix consacre un autre article cette fois à “Swinging Jacques : Duvall et la langue de Sid Vicious”, donc lorsque le maestro a des envies d’écriture anglophone.

Les questions posées par Pierre Mikaïloff à l’auteur de “La fièvre dans le sang” ou du “Grand retour” sont toutes volontairement axées autour d’Alain Chamfort : comment la rencontre s’est faite, la manière dont ce tandem collabore, le fait de succéder à Gainsbourg, etc.

Juan d’Oultremont rédige un hallucinant et pourtant véridique reportage autour d’un tournage d’un clip amateur une nuit à Bruxelles. Où lorsque Duvall devient une sorte de Pierre Richard cowboy maudit et ensanglanté qui finit aux urgences.

En clôture du livre, Serge Coosemans met en avant les “trésors cachés” du parolier de Lio : films fantastiques (vampires, etc.) des années 1960, pin-ups, country music, disco (oui oui, le style musical disco).

Jampur Fraize propose une hilarante bande dessinée de quatre pages, très bien vue, tordante à lire : “Le jour où Duvall a dupé Kim Fowley”. Les dialogues, brillants et vifs, sont scénarisés et adaptés par Hilaire Picault à partir de vrais propos de Jacques. Outre Hagen Dierks (premier pseudo de Jacques Duvall), on reconnaît d’une case à l’autre Joan Jett, Cherrie Currie, une jeune femme parisienne “déréglée”, etc.

“…Le contrebandier de la chanson” est un ouvrage fantastique. Il captive et passionne de la première à la dernière page. Après une telle œuvre, dans l’avenir, il semble difficile voire impossible de faire mieux que cela, de façon aussi approfondie et vivante, en matière de livre sur Jacques Duvall.

François Guibert
(26 avril 2014),


rédacteur de trois articles :

— “Marie France & Duvall, ils ne se quitteront jamais” (huit pages),

— “Freaksville, la nouvelle équipe de Duvall” (sept pages),

— “Le premier concert parisien de Duvall chanteur : Le Klub, 20 décembre 2006” (six pages)

(pour autant, hors de question que je m’interdise de chroniquer ce livre, qui est un travail collectif de passionnés)

(1) : “De la garce à l’imploreuse : dans les méandres des vils vinyles de Duvall” pour Frédéric Pourbaix, “Le réfugié solitaire” pour Philippe Schoonbrood.


Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image


Ci-dessous :
Marie France et Jacques Duvall
(sur la scène du Botanique à Bruxelles,
15 mai 2008).


« Jacques Duvall : j'aime tant ses mots. »

Marie France
(18 avril 2014)


Image
Site 2017 sur MARIE FRANCE : http://lachanteusemariefrance.fr.gd/

Site 2017 sur HEARTBREAK HOTEL + THE HELLBOYS + NIKOLA ACIN : http://heartbreakhotelthehellboysnikolaacin.fr.gd/
Avatar de l’utilisateur
GUIBERT FRANCOIS
 
Inscription: Ven 11 Oct 2002 13:00

Re: “JACQUES DUVALL, le contrebandier de la chanson” (livre)

Messagede pete le Ven 16 Mai 2014 20:08

Alors Géhef', c'est bizarre, tu nous parles pas du dernier livre sur Bijou?!!




http://www.editions-harmattan.fr/index. ... e&no=43074
pete
 
Inscription: Jeu 07 Sep 2006 18:35

Re: “JACQUES DUVALL, le contrebandier de la chanson” (livre)

Messagede maya11 le Mer 19 Nov 2014 8:33

Non rien du tout, je sens juste que FG va nous en re re re re re re parler bientôt, c'est juste pour voir s'il va écrire dans ce topic ou s'il va en re re re re re créer un autre :]
If you are looking for fast success in www.braindumps.com/98-365.htm then join today to find complete testking Palm Beach Atlantic University and pass [url=http://www.braindumps.com/C4090-959.htm]www.braindumps.com/C4090-959.htm[/url on first try.
maya11
 
Inscription: Mer 19 Nov 2014 8:27


Retourner vers Le Comptoir du Café

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités

cron